Accueil
Ciappa Kawena
Beaujard
Lamouche_ITVF
Lamouche_Philaposte
Commémos_2016
Commémos_2015
Commémos_2014
Commémos_2013
Commémos_2012
Commémos_2011
Commémos_2010
Poste_aerienne
Service_préos
Actualités
Actualités 2011
Actualités_2010
Actualités_2009
Actualités_2008
Les millesimes
Les Coins Datés

La_cote

Création du site : 13 novembre 2007

Nouvelle version : 5 novembre 2010

© SO.CO.CO.DA.MI.-2007

Pour joindre le webmaster :

postmaster@sococodami.com

Toute reproduction d'éléments de ce site interdite, sauf accord préalable obtenu du webmaster ou du président de la Société des Collectionneurs de Coins Datés et Millésimes

Société des Collectionneurs de Coins datés et Millésimes

Les millésimes

Les coins datés

Les carnets

Glossaire

Les coins datés

En philatélie, chacun collectionne ce qu’il veut, comme il veut...

Histoire, définition

Un coin daté est un bloc de quatre timbres qui comporte un coin de feuille avec, dans la marge, sa date d'impression. C'est donc toujours un ensemble timbres - marge avec date.

Depuis 2005, le coin daté se trouve le plus souvent dans la marge gauche (se reporter à la partie "Nouvelles presses").

Les coins datés n'ont pas toujours existé ; ils ne concernent pas uniquement les timbres français, et il y a différentes manières de les collectionner.
Le coin daté est caractéristique de l'impression des timbres par presse rotative.

Au début du timbre (1849 en France), l'impression s'est faite à plat, selon différentes techniques (typographie, lithographie... ). A la fin du XIXe siècle et jusque dans le premier quart du XXe, les feuilles de timbres portaient le millésime de l'année d'impression. D'où la collection de "millésimes", présentés couramment en paires de timbres avec, sur un petit pont de papier au milieu, le chiffre de l'année.


Le tirage à plat étant relativement lent, on a décidé, en 1922, de procéder à l'impression par rotative. La date la plus ancienne connue sur une feuille de timbres est celle du 4 mars 1922.

Les quatre galvanos de 50 timbres, assemblés en 2 feuilles de 100 exemplaires, étaient cintrés et montés sur un cylindre d'impression. On parle de "planche" quand on décrit l'ensemble des deux feuilles.


Le premier timbre à avoir été imprimé par rotative est le 10 centimes vert Semeuse (YT n°159). A cette époque, de nombreux timbres ont été imprimés selon les deux méthodes : à plat (avant 1922) et par rotative (après 1922). Certains ont d'ailleurs continué à être imprimés à plat après 1922, ce qui a créé l'apparition de deux types différents. Les premières rotatives utilisées ont été fabriquées par la société Chambon et permettaient à l'époque l'impression de plusieurs milliers de feuilles par jour. Ces feuilles étaient numérotées (dans le coin inférieur, à gauche) et systématiquement datées (dans le coin inférieur, à droite).


Les presses rotatives ont été utilisées très vite d'une manière systématique à partir de 1922 pour les petits formats (Semeuse, type Blanc, Pasteur¦). En 1929 apparaît la première date sur une planche de timbres grand format (10 F La Rochelle, YT n° 261).

Coin Daté

 récent

traditionnel

10c vert Semeuse :

paire du cylindre D + E du 14/12/22 avec dates en vert : au début les dateurs n’étaient pas montés sur un rouleau séparé, les dates étaient imprimées avec la même encre que les timbres.

Coin Daté du 22/03/29 du 1er tirage du 10 F La Rochelle

Collectionner les coins datés

Dès 1933, paraît la première étude sur les coins datés, écrite par celui qui est considéré comme le fondateur de la spécialité, le baron De Vinck de Winnezeele. 

Il est vite apparu que, suivant les besoins de la consommation, les timbres imprimés l'étaient en plusieurs tirages séparés ou simultanés.


De plus, les cylindres d'impression s'usant, il avait été nécessaire d'en réaliser de nouveaux, que l'on peut reconnaître à partir des dates, mais également en fonction des différentes traces ou marques d'impression qui apparaissent sur la marge inférieure, entre autres.

 

Bien qu'un seul timbre de coin soit souvent suffisant pour identifier un galvano, on a vu, au début, des collections se constituer avec deux timbres horizontaux de coin.

La mode et des raisons esthétiques de présentation ont voulu ensuite que la collection se fasse avec des blocs de quatre timbres.

Au début, les collectionneurs se contentaient souvent d'un seul coin daté par année d'impression. C'était loin d'être suffisant pour une représentation appropriée de l'histoire du timbre étudié.

 

On a donc vu les collections se spécialiser :

Les planches diffé-rentes utilisées pour l’impression d’un même timbre sont identifiables par les marques laissées par les galvanos.

Semeuse 20c lilas-rose :

Collectionner, c'est se questionner

Signalons que l'amélioration de la précision des dates des débuts et fins de tirages a été l'œuvre continuelle des membres de la SO.CO.CO.DA.MI. car l'administration des Postes n'a pratiquement jamais officiellement communiqué ces dates. Aujourd'hui encore, chaque mois apporte son lot de découvertes faites dans toute la France : nouveaux tirages, mais également nouvelles dates des débuts et des fins de tirages. Les catalogues sont en amélioration constante. Mais disposera-t-on un jour d'un document définitif ? Beaucoup de collectionneurs de coins datés se sont ainsi spécialisés dans l'étude des tirages de timbres particuliers (Semeuse, Marianne de Gandon, type Paix, Pétain, etc.) Ce genre de collection ne peut se faire qu'avec l'accès à des milliers de coins datés, d'où l'importance essentielle du réseau constitué par les membres de la SO.CO.CO.DA.MI.

Si l'on a pu ainsi reconstituer l'histoire du fonctionnement de chaque presse, il reste cependant encore beaucoup d'inconnues : pourquoi telle presse s'est-elle arrêtée un jour ? Comment expliquer les changements de cylindres d'impression d'une presse sur l'autre, puis, éventuellement sur une autre encore, au cours d'une même journée ?


Les dateurs utilisés sur les presses sont également repérables. On a défini un certain nombre de types de chiffres différents. Avec un peu d'habitude, ceux-ci sont aisément reconnaissables et constituent une aide supplémentaire pour le collectionneur.

Il y a eu aussi des erreurs dans les dates : dates impossibles (31 février, par exemple), dates d'impression correspondant à un dimanche ou à un jour férié normalement chômés (car il y a eu des dimanches travaillés, notamment pendant l'Occu-pation), etc. Ces erreurs ont fait l'objet d'une étude très approfondie publiée par la SO.CO.CO.DA.MI.


Les carnets, les feuilles imprimées pour les timbres de roulettes ont également été datés. Ceci constitue une collection spécialisée particulière.

  

Une date bien étrange : 31 février 1931 sur le 50c Femme Fachi

Coin Daté de timbre pour roulette (date à gauche) : 09 avril 1934 du 10c outremer Semeuse

Coin Daté de carnet : 13 déc. 1961 sur 0,25 Marianne de Décaris

Les marques sur les coins datés

Les cylindres des timbres courants petit format imprimaient deux feuilles de 100 timbres par tour complet. C'est la raison pour laquelle les coins datés de ces timbres se collectionnent par paires.

Pour les timbres grands formats en taille-douce, le cylindre imprimait, en général, trois feuilles de 25 ou 50 timbres. La différenciation entre les trois feuilles se faisait au début par un, deux ou trois points imprimés dans la marge.

Trois coins datés du 10 F

Palais du Luxembourg

avec 1, 2 et 3 points.

Même date 3.03.47 du cylindre

E de la 2e partie du 7e tirage

Cette différenciation se fera ensuite par l'absence de marque et par la présence d'un ou deux traits dans le coin daté. C'est donc la possession d'un ensemble de trois coins datés (sans marque, avec un trait, avec deux traits) qui permet d'illustrer un tour de cylindre d'impression.

Pour des raisons d'usure du cylindre, un même timbre grand format taille- douce a donc pu être imprimé par plusieurs cylindres différents. Le travail d'inventaire de tous ces cylindres est maintenant terminé et est disponible auprès de la SO.CO.CO.DA.MI.

Trois coins datés du 1,50 F

Abbaye de Fontenay

avec 0, 1 ou 2 traits.

Même date 27.07.77 du

1er tirage

Si les coins datés existent largement pour l'impression en typographie et en taille-douce, ils existent aussi pour certains timbres héliogravés. Les types Coq et Marianne d'Alger, imprimés en lithographie, portent également une date dans la marge supérieure.

Coin daté de timbre

lithographié

10 F Coq d'Alger

de juillet 1944

A partir du début des années 1950, seuls les timbres des séries touristiques en taille-douce et tous les timbres petits formats d'usage courant possèdent des coins datés. A partir de 1982, les grands formats taille-douce ne portent plus de date. Ce sont des règles générales, car il y a eu des erreurs ou des exceptions (France- Amérique Latine, Jeux Olympiques de Grenoble).

Un coin qui n'aurait

pas dû être daté

Xe Jeux Olympiques d'hiver

à Grenoble (18.12.67)

A partir des timbres au type Bequet, de nouvelles presses ont été mises en service : les rotatives à grand rendement (RGR). Pour avoir la date complète, il est quelquefois nécessaire d'avoir des blocs de 6, de 10 ou des bandes de 20, bas de feuilles. Un repère électronique apparaît sur la marge, plus tard remplacé par un "BOPST".

Illustration d'un tour complet du cylindre du 4,20 F Briat sur presse Taille douce 6 couleurs

2e partie du 1er tirage,

daté du 3.10.92

1- sans trait

2- sans trait et avec

repère électronique

3- avec 2 traits

  

0,55 € Marianne de
Lamouche :

coin daté du 21 janvier 2005 avec repère trapézoïdal : le Bopst

RGR : un coin de 6 timbres
est nécessaire pour avoir
la date en entier.

Tvp Luquet daté
du 13.11.92

Deux bas de feuille successifs
du 0,10 Briat :

double perforation en
marge gauche de la feuille
du dessous (repère de
certains perforateurs)

Les marques actuelles (depuis 2005)

Les Marianne de Lamouche ont inauguré une nouvelle présentation des coins datés : du coin droit de la marge inférieure, ils sont passés au bas de la marge gauche et sont associés à un code-barres et un nombre qui le représente. Une nouvelle dénomi- nation des presses a accompagné ce changement : ainsi la presse TD6-5 (taille-douce 6 couleurs numéro 5) devient TD 205, la TD6-1 devient TD 201, etc. Une nouvelle presse appelée Epikos est repérée par TD 215.

La Cote des Coins Datés

Compléments très prochainement !